summer

Summer de Monica Sabolo
JCLattès

En librairie le 23 août 2017
320 pages, 19 €
Service Presse

Lors d'un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d'une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l'eau. Ou ailleurs ? Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d'une famille figée dans le silence et les apparences. 
Comment vit-on avec les fantômes ?
Monica Sabolo a écrit un roman puissant, poétique, bouleversant.

Comme avec son précédent roman, Crans-Montana, Monica Sabolo propulse le lecteur dans une certaine société, celle dans laquelle la jeunesse est dorée, la vie n'est que fêtes, l'argent et l'alcool coulent à flot.
Puis, très vite, l'auteur gratte le vernis de cette photo si parfaite pour révéler les non-dits, les secrets de famille, les névroses des uns, les travers des autres...

Alors que les vacances ne sont que rires, plongeons en eau glacée, flirts et pique-niques, Summer décide de disparaître. Avant de partir, elle se retourne et fait signe à son petit frère, Benjamin.
Commencent alors les longues heures d'attente et de recherche, les journées interminables d'interrogation, la vie figée à espérer le retour de celle qui pourra, enfin, expliquer son geste !

On pourrait croire que tout repose sur l'explication du départ de Summer, ce n'est pas elle le personnage principal de ce roman. Bien sûr, elle hante chacune des pages, est cette présence vaporeuse, ce fantôme du passé qui conditionne chaque moment de vie de sa famille.

Mais, Monica Sabolo a préféré donner voix à Benjamin, le petit frère, celui qui s'est retrouvé dans cette famille brisée, qui a assisté au départ de sa sœur sans en comprendre le sens, qui a dû se construire comme il a pu, qui a tenté d'exister aux yeux de ses parents, qui, pendant 25 années, à chercher des réponses à ce qui deviendra pour lui : L'été Summer !

"Je suis la preuve vivante que l'on peut vivre sans les êtres que nous aimons le plus,
ceux-là même qui rassemblaient les milliers de fragments minuscules qui nous constituent."

Alors qu'elle reconstitue, bride par bride, l'histoire de cette famille aisée, alternant entre présent et passé, entre réalité et rêves, Monica Sabolo égare le lecteur dans une histoire qui commence avec tendresse pour se poursuivre avec froideur, tension et noirceur....

Il y a du Laura Kasischke dans ce récit, mais il y a surtout un sacré talent de conteuse servi par une écriture fine, poétique, délicate, douce et cruelle à la fois !

Un vrai beau roman de société au suspens empreint de mélancolie, de pleurs, de douleur et d'Amour !

 

La première phrase :

"Dans mes rêves, il y a toujours le lac."