plusdeprobleme
Plusdeprobleme.com de Fabrice Pichon
Editions Lajouanie
En librairie depuis le 29 Janvier 2016
621 pages, 23 €

C’est la curieuse histoire d’un cadre criblé de dettes, harcelé par ses créanciers, humilié par le juge du surendettement, méprisé par sa famille mais chéri par sa maîtresse, qui se décide à se lancer dans l’élimination de ses semblables... C’est aussi la drôle d’enquête d’un commissaire qui, traquant un immonde pourvoyeur de chair fraîche, croise la route d’un insaisissable tueur à gages... C’est donc, mais pas que, l’histoire de Sylvie, Marc, Marie et Walter.



Au démarrage, il y a Marc Segarra, un type normal, marié, 3 enfants, cadre dans une entreprise qui tourne bien, une petite vie rangée et sans histoire... Enfin presque, parce que la famille Segarra est couverte de dettes, reçoit régulièrement des injonctions de payer et est même convoquée au Tribunal.

Et puis, il y a Sylvie. Elle est call-girl mais surtout, elle est la seule auprès de qui Marc Segarra trouve un peu de réconfort dans cette vie qui plonge vers un gouffre infernal fait d'impayés, de frais bancaires à n'en plus finir, de menaces d'huissier.

C'est là que débarque Walter, le nettoyeur en quelque sorte. Un casse-cou qui n'a peur de rien et  qui va proposer à Marc de prendre les choses en main pour régler tous ses problèmes... Il faut dire que Walter, la castagne, la violence, le sang et la cervelle, cela ne l'effraie pas vraiment, voir même l'excite carrément.

Enfin ça, c'est jusqu'au moment où Marie, Commissaire de police obstinée, entre dans le jeu... Il faut dire qu'il commence à y avoir un peu de trop de rififi parmi la mafia locale, ça attire l'attention, forcément.

Avec ce cinquième roman, Fabrice Pichon signe un roman policier mais pas que... puisqu'il s'agit surtout d'une belle critique sociale, une plongée dans le quotidien de ces familles dont les revenus sont au-dessus de la moyenne et qui pourtant chavire dans la spirale infernale du crédit à la consommation, du frigo vide le 10 du mois, de l'argent-roi et de la détresse quotidienne d'une certaine classe moyenne.

Bien sûr, cette chute vertigineuse de Marc Segarra est le prétexte à une histoire rondement menée qui entraîne le lecteur dans le milieu de la mafia, des réseaux de prostitution et du règlement de compte à grand coup de balle dans la tête.

Mais après tout, de quoi sommes-nous capable pour nous sortir d'une situation périlleuse ? De quoi sommes-nous capable pour sauver notre famille de la honte et de la déchéance ?

Pouvons-nous vraiment juger Marc Segarra ? Walter ? Sylvie ?

Voilà toutes les questions que posent Fabrice Pichon dans ce roman, véritable page-turner, qui donne également la part-belle aux personnages de second plan tous plus intéressants les uns que les autres.

Un vraiment roman percutant... à déguster sans attendre !

La première phrase :

"La pièce est sombre et basse, étouffante à l'excès."