lejournaldeL

Léanne est architecte dans une grosse structure. Au delà de ce poste créatif, elle est même l'un des pivots principaux de cette entreprise. Ce serait le travail de ses rêves s'il n'y avait pas ce collègue méchant et aigri qui lui cherche des ennuis.
En dehors de son travail, Léanne passe beaucoup de temps avec sa mère, diminuée physiquement par un AVC.... Et puis, elle a quelques amis, très peu.

La vie de Léanne est rythmée comme du papier à musique et semble d'une grande banalité. La seule chose étrange, et qui fait l'objet de plaisanterie, est le journal intime qu'elle remplit au fil de la journée.

Quelle est l'utilité d'un tel journal lorsqu'on a une vie aussi neutre ?

Voilà l'objet de ce nouveau roman de Karine Carville.

Au fil des pages, le lecteur oscille entre les scènes du quotidien de Léanne et les extraits de son journal intime, écrit de sa main. Karine Carville livre alors un roman très contemporain sur la vie d'une jeune femme à la fois moderne et fragile, qui dévoile peu à peu ses sentiments pour un homme.
Le sentiment de lire une nouvelle bluette sentimentale s'installe dans la première partie du roman.... La seule énigme reste ce journal intime auquel Léanne tient comme à la prunelle de ses yeux.

Puis, doucement, Karine Carville prend son lecteur par la main et l'entraine sur une pente beaucoup plus sombre et inquiétante, révélant petit à petit des éléments sur Léanne qui brise complètement l'image que l'on avait pu s'en faire.
D'une bluette sentimentale, le lecteur tombe dans un suspens étonnant dont la fin est un rebondissement terriblement dramatique.

Karine Carville, avec Le Journal de L., a su modifié son style, gardant les pointes d'humour qui la caractérise, pour offrir un drame psychologique très bien maitrisé qui réussit à surprendre son lecteur (qui a pourtant tous les éléments sous les yeux au fil de sa lecture).

Une mention spéciale pour le bonus caché en toute fin du livre... Parce qu'il m'a fait rire, puis frissonner.