transparence

Transparence d'Alex Christofi
Fleuve Editions
En librairie depuis le 3 Septembre 2015
336 pages, 18,90 €

A l'image du verre, dont il porte le nom, Günter Glass est la transparence, la pureté, l'honnêteté même. Dans la ville de Salisbury où il a grandi (un peu), il fait figure de Candide bouboule, myope et accro aux gaufres. Si bien qu'à vingt ans, muni d'un optimisme débordant, d'une frêle culture wikipédiesque et d'une fascination immodérée pour la matière translucide, il se satisfait pleinement d'un emploi de laveur de carreaux -discipline où il excelle au point d'être réclamé sur les plus hauts gratte-ciel londoniens....
Mais la vie est opaque aux ingénus. Entre patron fasciste, un premier amour désarçonnant, un frère aussi teigneux que sourd-muet et un colocataire aussi allemand qu'ermite, le naïf Günter expérimente les vertiges de l'âge adulte.

Comment faire le bien quand tout est si compliqué ? Voir au travers d'un monde aux facettes multiples ?
Et si la perfection, comme le verre, passait plutôt par des milliards de petites impuretés ?

Premier roman d'Alex Christofi, Transparence est à la fois un conte initiatique et un joli feel-good book.

Günter Glass est un petit garçon coincé à la fois dans un gros trop petit, trop gros et trop ingrat, et dans une famille dysfonctionnelle.
Son père est un peu alcoolique, sa mère beaucoup dépressive et son frère complètement sourd-muet mais aussi sarcastique.

Difficile de grandir et de se construire quand on est la risée des autres à l'extérieur et quantité négligeable au sein de sa famille.... Tellement négligeable qu'on oublie même de revenir le chercher alors qu'il est dans un musée dédié au verre.

Toutefois, c'est cet abandon qui lui permettra de développer une formidable passion pour le verre et sa transparence, à tel point qu'à l'âge adulte, Günter voudra travailler à son contact.

Devenu, complètement par hasard, l'un des meilleurs laveurs de vitres de son époque, Günter va devoir prendre son indépendance et devenir subitement adulte !

Grâce à une galerie de personnages complètement décalés mais attachants, Alex Christofi offre une critique tendre de notre monde actuel, nombriliste, carriériste et quelquefois cruel.

Le ton est drôle, léger et permet une fable loufoque et fraîche.

Un joli moment de lecture, agréable, plein de poésie et de bon sens.

La première phrase :

"J'ai bien conscience qu'à vos yeux, le verre n'est sans doute pas un élément essentiel à la réussite de l'homme."

 

Pour d'autres avis, n'hésitez pas à rendre visite à The Bloomsbury Muffin, Smallthings, Léa Touch Book, June&Cie....