Les avis de Petrosky

Mes très chers vous,

Comme vous le savez, tout du moins j’espère, j’écris… Des romans, des articles, des chroniques, des nouvelles. Avant cela je peignais, je dessinais, je sculptais, l’art m’a toujours titillé le glandulaire. Vu qu’en plus je suis un garçon un peu barré, lorsqu'un jour une artiste encore plus barrée que moi m’a contacté pour un projet de fous, j’ai dit oui…

Son projet : Briser le tabou de sa propre mort. Elle m’a demandé, comme à 364 autres personnes d’imaginer ma mort en quelques lignes. Bon autant que je vous le dise, j’aime trop la vie pour avoir envie de canner, alors imaginer comment je vais composter mon billet retour, ben cela ne m’enchantait pas…

J’ai donc demandé à Lolita si je ne pouvais pas lui envoyer un de mes textes, une de mes nouvelles. Ben oui, ce qu’un auteur écrit, c’est un peu lui, tout du moins pour moi. Chaque fois que je crée un texte, je me mets dans la peau du personnage, que je sois héros, salaud, connard, cocu, peu importe, je suis, c’est tout.

L’idée lui a plu, elle a dit banco, j’ai donc envoyé une nouvelle, Le prisonnier, une nouvelle publiée dans le recueil Santé !

Lolita a lu, a essayé de percevoir le « moi » dans ce texte, puis en a fait ce dessin à la mine graphite :

DESSIN 1

365 fois elle a fait cela, un travail titanesque, qui lui a pris 4 ans, entre l’appel aux confidences et la réalisation des dessins, on trouve des choses fabuleuses, j’adore celui-ci :

DESSIN 2

Il y a une véritable poésie dans le travail de Lolita, pas une poésie à la Prévert, non plus à la Burton ou Baudelaire. Un peu plus morbide, spleen, on cause de la Camarde quand même… Regardez-moi ça, ce n’est pas magnifique ?

DESSIN 3

                                                                       

Avec ce travail, LMG, nom d’artiste de la demoiselle, vous offre un livre relevant du croisement et du tissage des différents récits bien plus que du catalogue des expériences individuelles et séparées les unes des autres. D'où le titre de l'ouvrage : Fosse commune.

C'est un gros projet, particulièrement onéreux qui nécessite la participation de tous ceux et toutes celles qui voudront s'aventurer dans ces quelques 400 pages comme on foule les allées d'un cimetière pour des raisons aussi diverses que de se recueillir, se promener, dériver, fumer un joint, faire la sieste, fuir la police, prendre des photos, trouver de l'or, faire l'amour, manger entre midi et deux, enterrer un proche, observer la faune et la flore, se suicider, assister à une conférence, voler du métal, arroser des plantes, exhumer un cadavre, jouer avec des cordes, s'entretenir avec un mort, se souvenir ou lire.

Alors si toi aussi tu veux adopter un artiste, ou plutôt t’offrir un beau livre, et bien tu cliques et tu lâches 25€, tu participes à la souscription et recevras la bête chez toi…

Et puis tiens, merde, c’est bientôt Noël, les trois premiers qui vont faire un don, et qui mettent ensuite un commentaire sous cet article, ben je leur offre un bouquin dédicacé[1]

 Stanislas Petrosky



[1] N’essaie pas de me la mettre en biais, hein, je vais vérifier avec Lolita si tu as bien craché l’oseille…