17 décembre 2016

Arsène Lupin Tome 1. 813 : La double vie de Duchâteau et Géron

Très Cher Vous, hasard d’une foire aux livres, un exposant liquide de la BD, plein de bandes dessinées en bon état, entre un et cinq euros. A ce prix-là, on ne pas résister, non, je vous le promets, on ne peut pas, la preuve, j’ai cédé… J’ai cédé à l’appel de la lecture facile, de la lecture imagée. Adolescent, donc hier, voir avant-hier, je lisais beaucoup de BD, j’en lis encore mais moins. A cette même époque j’ai lu presque toutes les aventures d’Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur, il faut vous dire, très cher vous, que je... [Lire la suite]

09 décembre 2016

Les Epitaphes de LMG, Névroplasticienne

Mes très chers vous, Comme vous le savez, tout du moins j’espère, j’écris… Des romans, des articles, des chroniques, des nouvelles. Avant cela je peignais, je dessinais, je sculptais, l’art m’a toujours titillé le glandulaire. Vu qu’en plus je suis un garçon un peu barré, lorsqu'un jour une artiste encore plus barrée que moi m’a contacté pour un projet de fous, j’ai dit oui… Son projet : Briser le tabou de sa propre mort. Elle m’a demandé, comme à 364 autres personnes d’imaginer ma mort en quelques lignes. Bon autant que je... [Lire la suite]
Posté par CeciBon à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 décembre 2016

Vernon Subutex 1 de Virginie Despentes

Très Cher Vous, j’aime Despentes… Enfin pas la femme, l’auteur. La femme je ne la connais pas. Je me souviens de la première rencontre avec son style incisif, direct, cru, cinglant. Il y a déjà plus de 20 piges : Baise-moi.Ça tapait sévère, et sans compter celui sorti derrière, encore un cran au-dessus : Les chiennes savantes. Despentes créait son style, du cul, de la violence, du désespoir et de la provocation, et avec moi, et je ne suis pas le seul, cela a pris. Là, Virginie Despentes nous raconte l’histoire d’un... [Lire la suite]
29 novembre 2016

N'ouvrez pas ce cercueil de Frédéric Charles

Très Chers Vous, des fois ce sont les vacances, et quand cette période de repos arrive, on fait des choses que l’on n’a pas le temps de faire lors de l’année. Par exemple  :une brocante, fouiller dans des caisses de livres.Là tu fouines, enfin surtout moi, à la recherche d’une perle rare, d’un vieux livre, d’une édition peu courante, voir originale, car oui, je vous l’avoue, je suis bibliophile, je suis un collectionneur de livre… Au détour d’une caisse lâchée au milieu d’une allée de la place de la Virdoule en la belle... [Lire la suite]
20 novembre 2016

La passion de la méchanceté de Michel Onfray

Mes Très Chers Vous, au moment où toute l’intelligentsia se rue sur l’œuvre de celui que l’on nomme «divin marquis», Monsieur Donatien Alphonse François de Sade, et le considère comme un libre penseur, un précurseur et un défenseur de la femme, un hédoniste, un érotomane poétique, un homme s’oppose à cela, et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Michel Onfray. Que les choses soient claires dès le départ, je n’ai jamais été un grand amateur de Sade, j’aime la littérature érotique, ça je ne m’en cache pas, mais là… J’ai un jour... [Lire la suite]
14 novembre 2016

Erotique du cimetière d'André Chabot

Très Cher Vous, je vais vous parler d’un livre qui ne vous laissera pas de marbre, je sais, c’est facile, mais ai-je un jour promis de ne point me laisser aller à la facilité ? Non ? Donc je peux me permettre… Mais surtout je trouve que cette petite boutade sied bien au livre d’André Chabot, car certains monuments de ce livre sont tellement empreints de sentiments, qu’ils ne peuvent nous laisser insensible… Jamais la citation des amoureux : « Jusque la mort nous sépare » n’aura été aussi richement... [Lire la suite]

09 novembre 2016

La vie c'est bien, le cynisme c'est mieux de L'Odieux Connard

Très Cher Vous, je pense que la tenancière veut me faire passer un message. Cette frêle et jolie jeune femme m’a offert encore un livre, un autre. Non, ne t’enflamme pas lecteur, ne va pas croire qu’elle veuille me faire passer un message empli d’un sentiment amoureux. Non elle m’a offert le second livre de l’Odieux Connard, rappelez-vous il y avait déjà eu Qu’il est bon d’être mauvais. Avec comme dédicace : À Stanislas, Double punition ! Vous avez vraiment dû être très méchant… Suis-je ? Nous dirons non, pour... [Lire la suite]
28 octobre 2016

Une seconde de toute beauté de Frédéric Dard

Très Cher Vous, je sais que logiquement ici, je ne dois pas faire de polar, de noir, rien de tout cela… Sauf que, ben déjà je n’aime pas l’autorité, aussi mignonne soit-elle, et surtout il faut que vous sachiez que Frédéric Dard est mon maître. Que je suis capable de lire et relire son œuvre très souvent. Pour le plaisir et pour apprendre. Alors croyez-moi, Une seconde de toute beauté, ce n’est pas la première fois que je la chronique, ça non, mais à chaque fois, j’ai relu le livre avant, et surtout, je réécris mon texte. Donc en... [Lire la suite]
29 septembre 2016

Les anges ont la mort aux trousses de Sophie Jomain et Maxime Gillio

Mes très chers vous, Sophie Jomain est au tome 5 de Felicity  Atcock, le 6 est en gestation, elle n’est pas loin de perdre les O (oui, les auteurs perdent les O et non pas les eaux), Maxime Gillio quant à lui en est toujours au volume 1 d’Orcus Morrigan. Les deux amis ont décidé de s’amuser ensemble, de faire un crossover, de faire se rencontrer leurs deux héros dans ce livre. Je dois avouer que pour lire Les anges ont la mort aux trousses, il vaut mieux avoir lu au moins une aventure de l’un de nos furieux. Oui, j’ai bien... [Lire la suite]
11 septembre 2016

Comment survivre à une énorme gueule de bois de Stéphane Rose

Oui Mes Très Chers Vous, vous avez bien lu, encore un livre de Stéphane Rose. Surtout ne vous méprenez pas, aucune idylle entre nous, d’un coup je ne me suis pas mis à fantasmer sur les barbus à grosses lunettes, non juste ce type sait écrire et il me fait marrer. Puis comme le chante si bien Renaud : Que celui qui n’a jamais bu me jette la première bière ! Allez, avoue, toi aussi il t’est déjà arrivé au moins une fois d’abuser de la dive bouteille et d’être malade comme un rat crevé le lendemain. Tu sais cette haleine... [Lire la suite]