MissIslande

Miss Islande d'Audur Ava Olafsdottir
Zulma
En librairie le 5 Septembre 2019
261 pages, 20,50 €

Islande, 1963. Hekla, vingt et un ans, quitte la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík. Il est temps d'accomplir son destin : elle sera écrivain. Sauf qu'à la capitale, on la verrait plutôt briguer le titre de Miss Islande. Avec son prénom de volcan, Hekla bouillonne d'énergie créatrice, entraînant avec elle Ísey, l'amie d'enfance qui s'évade par les mots - ceux qu'on dit et ceux qu'on ne dit pas -, et son cher Jón John, qui rêve de stylisme entre deux campagnes de pêche...
Miss Islande est le roman, féministe et insolent, de ces pionniers qui ne tiennent pas dans les cases. Un magnifique roman sur la liberté, la création et l'accomplissement.

Hekla est née à la campagne. Son père a voulu qu'elle porte un nom de volcan. D'une part parce que ce phénomène particulier le fascine et d'autre part pour qu'elle soit aussi forte et bouillonnante d'énergie.

C'est lorsqu'elle arrive à Reykjavik qu'Hekla découvre qu'elle est d'une grande beauté. D'ailleurs, chacun lui propose de se présenter à l'élection de Miss Islande. Ainsi, elle pourra quitter cette petite île pour découvrir le Monde.
La tentation est grande. En effet, Hekla trouve que l'Islande limite bien trop son espace, ne lui permet pas de vivre comme elle l'entend, restreint sa créativité.

"Une seule phrase a plus de poids que mon corps."

Parce que ce qu'elle veut, Hekla, c'est juste pouvoir écrire ce grand roman qu'elle porte en elle... encouragée par son amie Isey, qui a fait le choix de se conformer à ce que la société attend d'elle (mère au foyer, attentive à son mari et ses enfants), ainsi que son ami Jon John, aussi original qu'elle et qui a bien compris qu'il ne pourra pas vivre librement son homosexualité s'il reste sur leur île.

Miss Islande est le récit d'une époque. Il est évident qu'en 1963, une jeune fille qui désire s'affranchir des conventions et des codes sociaux va devoir manger son pain noir.

"[...] Elle m'a demandé de te dire bonjour avant d'ajouter... qu'il fallait... porter en soi un chaos... pour pouvoir mettre au monde une étoile qui danse..."

Mis Islande met le doigt, avec subtilité et sans donner de leçons, sur la condition féminine : le harcèlement sexuel, la femme condamnée à être mère et femme au foyer, l'impossibilité de vivre librement des minorités sexuelles et puis ce qui a toujours fasciné : la liberté et l'anticonformisme des artistes.

"Nous sommes constitué du même matériau que nos rêves."

Avec son écriture fine et poétique, Audur Ava Olafsdottir dresse le portrait de personnages forts et lumineux.

Sous couvert d'une fable tendre, l'auteur croque toute une époque, toutes les ambiguïtés de personnages qui veulent à la fois s'affranchir des conventions et ne pas être mis au ban de la société.

Miss Islande est sans conteste un roman féministe sur la force des rêves et l'accomplissement de soi.

Un roman tendre, doux, lumineux... tout simplement beau !

La première phrase :

"Je suis tombée par hasard sur un nid d'aigle quand j'étais enceinte de toi, à cinq mois de grossesse, un creux de deux mètres tapissé de roseaux de sables au bord de la falaise, près de la rivière."

Et pour d'autres avis, n'hésitez pas à rendre visite à Unwalkers, Lecturissime, Cathulu, Le dévorateur....