Enfermee




Enfermé.e de Jacques Saussey

French Pulp Editions
En librairie le 11 Octobre 2018
18 €

Se retrouver enfermée en prison pour de longues années, alors que l’on est déjà enfermée dans un corps qui n’est pas le sien… une double peine. Est-ce possible de reprendre une vie normale, une fois la dette à la société payée, alors que les autres ne vous jugent pas normale ? L’histoire de Virginie, l’histoire d’une vie, l’histoire d’une vengeance…





Jacques Saussey écrit généralement des thrillers sombres et sociétaux traitant par exemple du terrorisme avec Ne prononcez jamais leur nom, ou de la pédophilie avec Sen[s] Interdit....

Mais avec Enfermé.e, c'est un roman tout à la fois noir et lumineux que Jacques Saussey offre aujourd'hui.

Si le fond reste un sujet sociétal relativement tabou, l'identité sexuelle et la possibilité d'en changer, c'est avant tout une incroyable histoire personnelle, une plongée dans la psyché et la vie de son personnage principal, la mise en abîme d'un être.

Ici, point d'histoire de flic, point d'enquête, juste le parcours d'un être humain dont les cartes ont été brouillées à la naissance et qui tente, tant bien que mal, d'accéder à ce que chacun est en droit d'attendre de la vie : la dignité et le respect.

Par une construction du récit en alternance, Jacques Saussey nous livre petit à petit les pièces d'un puzzle.
Alors qu'un chapitre relate la naissance d'un être non désiré, détesté de son père, peu protégé par sa mère et qui essaie, avec ses petits moyens, de trouver sa place en ce monde, le chapitre suivant présente Virginie, cette femme battue trop souvent, violée plus qu'à son tour, bafouée chaque jour.... mais qui se construit, pas à pas, devant les yeux du lecteur.

Alors que le sujet aurait pu permettre les clichés, le voyeurisme, voir le pathos, Jacques Saussey, par sa maîtrise du mot juste, quelquefois cru, sa pudeur, son empathie, révèle une histoire incroyablement touchante, un personnage que l'on aimerait enlacer et réconforter, un récit qui semblerait biographique tellement fort, beau, sombre et à la fois plein d'espoir.

"On a parfois besoin d'écrire les paroles que tout le monde ne peut écouter."

Enfermé.e, LE roman coup de poing de cette rentrée, celui qui laisse K.O., incapable de passer à autre chose pendant plusieurs jours.... peut-être le plus beau roman de Jacques Saussey.

La première phrase :

"La cour est encore noire, balayée par une pluie dense qui n'a pas cessé de la nuit."