jemesouviens

Je me souviens de tous vos rêves de René Frégni
Gallimard
En Librairie depuis le 11 Février 2016
160 pages, 14 €

Folio
En Librairie depuis le 9 Novembre 2017
156 pages, 6 €

L'automne en Provence est limpide et bleu, ce n'est pas une saison, c'est un fruit  :  les touristes sont partis, la nature exulte dans une profusion de couleurs et d'odeurs. Mais si l'écrivain-flâneur célèbre avec sa sensualité coutumière Manosque et la campagne provençale, il est avant tout attentif à ceux qui vivent dans les recoins de la société, les pauvres, les fous, les errants dont il se sent frère, et dont il parle sans apitoiement. 

Les femmes sont aussi très présentes, les servantes d'auberge longuement contemplées, ou Isabelle, "la fiancée des corbeaux", auprès de qui l'écrivain trouve paix et bonheur. Qu'il s'agisse de raconter la mort d'un chat ou la surprise d'entendre une femme qui jouit dans la maison voisine, à chaque page de ce livre vibre une émotion simple et sincère.

Par une succession de petites scènes quotidiennes, René Frégni emmène le lecteur dans un univers poétique, bucolique et surtout humaniste.

"Ecrire quelques mots chaque jour.
Des petits fragments de vie qu'on ramène chez soi, dans ses yeux,
sur sa peau, ses cheveux, dans la lourdeur des jambes."

Au fil de ses balades dans sa Provence tant aimé, René Frégni décrit un petit Paradis Terrestre aux parfums de roses, de lavande et d'olivier.

Les saisons rythment ses rencontres et en font des moments d'exception puisqu'accompagnées du plaisir de partir à la découverte de l'autre... Cet Autre, souvent exceptionnel dans sa singularité et son choix de vie, quelquefois un peu fou.

"Ecrire c'est souffler sur tout ce qui est vivant,
c'est embraser le moindre signe de vie, entendre dans le silence,

la voix secrète des choses.
Inventer un visage à tout ce qu'on ne voit pas."

René Frégni berce au son des cigales son lecture, l'emmène dans un monde onirique, quelquefois triste, mais toujours doux et tendre.

Un vrai joli moment de lecture tout en délicatesse, douceur et pureté....

Un livre qui fait du bien, tout simplement.

La première phrase :

"Chaque année en septembre j'ai peur de mourir, alors j'achète un cahier."