Mes Très Chers Vous,

Les enfants sont des salauds…

Surtout un, surtout celui- là…

Il ne pense qu’à tuer ceux qui l’entourent, et comble de l’ironie, il les flingue. Et pas gentiment, et en tentant de se faire passer pour un ange.

Il est ignoble ce môme. Il commence ce superbe roman graphique en flinguant son petit frère. Et au fil des pages, il va dézinguer tout le village ou presque. Bon pour sa défense, c’est un village de merde avec des habitants pas vraiment géniaux. Il y a même de chouettes pourritures là-bas.

Les dessins sont magnifiquement oppressants. C’est sombre, limite glauque. Ils ont tous des tronches de psychopathes. On se demande d’où est-ce qu’ils sortent.

L’enfant est manipulateur, vil, mais on l’aime quand même ce gosse. Il a quelque chose d’attirant, on ne sait pas quoi exactement…

Ou si…

Et s’il était ce petit monstre tapi au fond de nous. Mais si ! souvenez-vous, Mes Très Chers Vous.

Quand vous étiez haut comme trois pommes. Et qu’un « grand » vous blâmait, vous humiliait… n’avez-vous point jamais envisagez de le tuer ? Même dans un simple gribouillis sur votre cahier de brouillon ?

Alors, vous voyez ?

En cet ignoble chiard, c’est celui que l’on a tous été une fois, pour une punition qui nous semblait injuste.

Un léger bruit dans le moteur est un roman graphique magnifique. C’est aussi noir que C’est arrivé près de chez vous, aussi cynique aussi.  J’ai vraiment apprécié cet univers entre Tim Burton et Comés…

J’ai vraiment apprécié, même si parfois on est mal à l’aise dans la lecture, d’ailleurs, ne serait-ce pas pour cela que j’ai tant apprécié ?

Stanislas Petrosky.

unlegerbruitdanslemoteur
Un léger bruit dans le moteur de Gaet's, Luciani et Munoz
Physalis
En librairie depuis le 21 Aout 2012
112 pages, 17,90 €

D'après un roman de Jean-Luc LUCIANI.
Dans un village isolé où la moindre voiture qui passe est l'objet d'émerveillement, une série de meurtres horribles est perpétrée. Un récit à la première personne d'un enfant meurtrier.