L'Enfer

Mes Très Chers Vous,

dans la série j’aime la bande dessinée érotique, je vous présente Giuseppe MANUNTA…

Encore un italien… décidément depuis Manara et son Parfum de l’invisible, moult artistes de talent de la bande dessinée coquine naissent de l’autre côté des Alpes

J’ai connu Giuseppe non pas par des dessins de filles nues et coquines, mais par… des zombies… Oui cela peut surprendre, mais en fait Giuseppe a fait quelques dessins pour L’Atelier Mosesu, et plus particulièrement pour le personnage d’Orcus Morrigan que j’ai créé pour Maxime Gillio.

SCANDALE DE MANUNTA

Mais venons en au sujet du jour : Scandales...

Une institution catholique comme lieu d’étude dans un magnifique manoir. Une « université » haut de gamme, où l’on n’entre pas sans avoir les finances nécessaires. Mais parmi tous ces élèves plus que nanti, un intrus : Lucas Vitelli. Un jeune homme issu de la DASS sans un rond. Il se demande bien ce qu’il fait ici, par quel miracle il a atterri dans un établissement où la jeunesse est totalement dépravée !

Une petite enquête à rebondissements qui donne lieu à bons nombres de fantasmes, dont celui de la bonne sœur… bon ayant comme personnage fétiche un prêtre plus porté sur la « chose » qu’à son tour, je ne peux pas critiquer…

scandales

Quand certains auteurs de BD érotiques font « du cul pour du cul », ce n’est pas du tout le cas de Giuseppe, qui fournit un scénario très riche, une véritable histoire.

Et surtout c’est agréable de voir le travail d’un artiste qui bosse encore à l’ancienne. Pas de tablette graphique chez Manunta. Non on bosse sur papier Canson au crayon et à l’encre.

48 pages de dessins pour finir sur un scandale, mais vu que le titre est au pluriel, il est possible que les étudiants de cette institution vous choquent au fil des cases Mes Très Chers Vous.

Stanislas Petrosky.

scandales
Scandales de Giuseppe Manunta
Traduction de Maija Disseau
Editions Tabou
En librairie depuis le 12 octobre 2012
48 pages, 15 €

L'Institut Albert Windsor est une école pour gosses de riches. Une école élitiste dans laquelle chaque événement est sujet à cancans. Un jour une assistante sociale se présente au bureau de l'Institut pour y faire admettre un de ses protégés. 
Que peut bien vouloir une simple employée d'orphelinat dans un tel établissement ?
Pour simple réponse elle tend une lettre à la relieuse qui tient cette honorable école d'une main de fer. Sans autre explication, la mère supérieure admet aussitôt le jeune Luca Vitelli au sein de l'école malgré le coût prohibitif des frais scolaires.
Que cache cette admission discrète ?
Le début une longue série de scandales qui en 48 pages, tient en haleine le lecteur jusqu'à son déroulement final.