bienvenue
Bienvenue à Cotton's Warwick de Michaël Mention

Ombres Noires
En librairie depuis le 7 Décembre 2016
251 pages, 17 €
Service Presse

Australie, Territoire du Nord. Dans l'Outback, on ne vit plus depuis longtemps, on survit. Seize hommes et une femme, totalement isolés, passent leurs journées entre ennui, alcool et chasse. Routine mortifère sous l'autorité de Quinn, Ranger véreux. Tandis que sévit une canicule sans précédent, des morts suspectes ébranlent le village, réveillant les rancoeurs et les frustrations. Sueur, folie et sang. 
Vous n'oublierez jamais Cotton's Warwick.



Bienvenue à Cotton's Warwick
, si au cours d'un périple sac à dos vous voyez ce panneau et que vous entrez tout de même dans la ville, c'est que vous n'aurez pas lu le Guide du Routard façon Michaël Mention !

Remarquez bien que pour trouver Cotton's Warwick sur la carte, il faut de la bonne volonté... C'est quand même un bled paumé, limite village fantôme, du fin fond du bush australien.

D'autant qu'il ne reste plus que 17 habitants, 16 hommes et une femme, que le Monde entier semble bien s'être empressé d'oublier.

Cotton's Warwick est un bled tellement perdu, ses habitants sont tellement étranges que toutes les femmes (sauf une !) ont préféré se suicider !

"De la solitude à la dépression.
De la dépression à la folie.
De la folie au pire."

Il faut dire que lorsque le portrait des hommes est dressé au fil des pages, ce n'est pas étonnant que les femmes aient préféré se tirer comme elles ont pu. 
15 consanguins alcooliques, violents, obscènes, vulgaires, idiots forment une petite communauté gérée par un shérif omnipotent complètement siphonné et guère plus équilibré que le reste du village !

Seuls restent lucides, les chiens du village.... parce que le reste de la faune locale est quand même un peu spéciale également !

"Les chiens n'ont jamais été que ça :
des témoins aptes à tout comprendre pour tout pardonner."

Pourquoi Michaël Mention décide-t-il d'embarquer son lecteur dans ce huis-clos aux dimensions du bush australien ?

Probablement parce qu'à un moment donné, les choses vont prendre une tournure complètement...... dingue !

L'ambiance est âcre, noire et colle à la peau comme la transpiration provoquée par la chaleur infernale du bush australien....

Ce roman démarre comme un film de Clint Eastwood : levé de soleil sur un village tranquille, chaleur écrasante, personnages atypiques...
Mais, soudain, à mi-parcours, arrêt sur image, rembobinage du film, Tarantino prend les commandes, l'action accélère, devient complètement délirante (mais bourrée de sens), violente bien sûr, noire très certainement mais avant tout absolument CAP-TI-VANTE !

Si vous croisez Bienvenue à Cotton's Warwick, accrochez votre ceinture, Michaël Mention vous fera vivre une aventure à fond les manettes, une aventure rock 'n roll, une aventure qui semblera partir en vrille mais dont tous les éléments font sens, une aventure impossible à lâcher avant la dernière page.

Et même celle-ci tournée, Cotton's Warwick continuera de vous hanter un long moment !

La première phrase :

"A Cotton's Warwick, il y a autant de champs de coton que d'anges à Los Angeles."