Les avis de Petrosky

"— Maud Tabachnik sort un nouveau livre !
— Super !
— C’est l’histoire d’un tueur en série…
— Ah merde…
— Euh excusez-moi de vous interrompre...
— Oui, Mademoiselle C. ?
— Mon cher Petroski, tu as déjà écrit ça sur Zonelivre
— Ah merde... tu lis toutes mes chroniques ?
— Ben ouais…"

Bon donc comme je l’ai déjà dit, le tueur en série, c’est bien, mais voilà, on en a déjà soupé, donc on sature, enfin moi, toi je ne sais pas. Même que là je vais te faire une confidence, en tant qu’auteur, j’ai eu envie de travailler le tueur en série, mais je n’ai même pas fait tellement y en a... Alors si je le fais un jour, ce sera avec Requiem pour s’en faire un beau !

Mais revenons à nos moutons, c’est à dire à L’impossible définition du mal de Maud Tabachnick !

Outre cette magnifique façon de romancer une partie de la vie d’un beau salopard, que dis-je, d’une ordure de première catégorie, la dame nous fait une chronique géopolitique en même temps.
En effet, si Andreï Tchikalito a commis ses meurtres de 1978 jusque son arrestation en 1990, Maud transporte son histoire de nos jours, sous l’ère Poutine, au milieu d’attentats islamistes, de guerre de Tchétchénie et de trafic en tout genre.

Du grand art de mêler le faux et le vrai, l’histoire d’un fumier dans l’histoire contemporaine d’un pays. Mais d’abord qui est Andreï Tchikalito ?

Andreï Tchikalito, c’est l’ogre de Rostov, le boucher de Rostov, l’éventreur de Rostov, bref une figure locale à Rostov. Considéré comme l’un des plus grands criminels du XXème siècle, un brave garçon qui fut accusé de 52 meurtres, mais qui a déclaré que c’était faux, c’est 56 …

Pédophile, cannibale, violeur, acte de barbarie, nécrophilie, bref à lui tout seul il remplit la moitié du DSM-5… Bon sa femme à lui était innocente et n’avait pas d’emploi d’attachée de tueur en série, c’est déjà ça, ça a évité les excuses en public.

Un roman bien sombre, bien noir. Dès les premières lignes tu sens le souffre qu’elle a distillé, tu comprends très vite que Maud a réveillé le monstre, qu’elle lui a redonné vie. Elle va très loin, elle ne tente pas d’amoindrir la violence de ses actes, mais de comprendre comment un être humain, érudit, intelligent, qui a suivi des études supérieures peu tomber aussi bas, plus bas qu’un animal sauvage.

Comment peut-il continuer de vivre ?
Je ne peux vous spolier la fin du livre, mais sachez qu’il l’a vraiment fait, comment un homme qui dévorer la langue, les parties génitales d’un enfant peut vivre sans remord ?

On voyage au cœur de la Russie, et aussi de l’horreur, de l’ignominie des hommes, une balade pleine de cadavres semée par l’ogre de Rostov…

L’impossible définition du mal, un titre qui va à merveille à ce roman. Un roman qui ravira les amateurs du genre, les passionnés de tueur en série, mais aussi les autres.

Ce livre est le troisième titre d’une nouvelle collection chez De Borée : Marge noire, s’ils sont tous du même acabit, cela promet de belles lectures.

Beau travail madame Tabachnik…

[Donner envie de tuer un être humain à un autre être humain est la réussite de la barbarie.]

Stanislas Petrosky

 

limpossible
L'impossible définition du mal de Maud Tabachnik
De Borée, Collection Marge noire
En librairie le 3 avril 2017
19,90 €

 Viktor Braunstein, commissaire principal à la Direction des recherches criminelles, est dégradé pour avoir voulu faire le ménage dans la bureaucratie moscovite. Sanction immédiate : il est envoyé en tant qu’adjoint au commissariat numéro 1 de Rostov-sur-le-Don. Braunstein commence juste à prendre ses marques dans ce nouvel environnement et découvrir les mœurs de la province, quand l’actualité criminelle le rattrape… Une jeune femme, Hélène Koskas, est retrouvée morte au milieu des bois. Si son identité et son histoire ne font guère de mys- tères – elle devait venir gon er le nombre des femmes slaves sur les trottoirs des capitales européennes –, c’est son corps, mutilé, qui interpelle. Suivant le mode opératoire de l’assassinat, tout laisse à penser que ce crime porte la signature du tueur canni- bale, un dangereux spree killer en cavale depuis plus de dix ans. Si le meurtrier le plus recherché de Russie est dans la région, il n’y a aucune raison pour qu’il ne récidive pas dans les jours prochains. L’enquête commence…

Un récit sombre au plus profond de la Russie d’aujourd’hui : une nation qui se cherche entre la postérité des tsars, un mythe soviétique décadent et le pouvoir actuel conserva- teur et autoritaire.Toujours plus froid.Toujours plus noir.