Petrosky by Night

Mes Très Chers Vous,

la dernière fois que je suis sorti de mon pré carré littéraire pour causer musique avec l’album d’Higelin, je fus étonné du nombre de likes et de partages. J’ai donc décidé de remettre le couvert, tsss tsss tsss ne sourit pas comme cela, coquine…

Bref je vais discuter musique, du dernier album de Julien Doré au nom à la con de &, mais avant cela il faut que je vous dise un secret… Entre Julien et moi, cela n’a pas toujours été les grandes amours, non je développe une sorte d’allergie pour les téléréalités, les jeux télévisuels, bref j’ai une légère aversion pour la petite lucarne, sauf quand j’y passe mais c’est plus que rarissime.

Alors un type qui sort de là, bof. Oui, j’ai mes a priori et je t’…[1], bien qu’un mec qui dépasse les limites me fasse bien marrer, et surtout outre ce « tube » sur l’album Ersatz, il y avait aussi une reprise sympathique de SS in Uruguay  de Gainsbourg.
Donc je fais partie de ces gens qui écoutent d’une oreille distraite et amusée ce que fait l’artiste, en se disant qu’un jour il saura faire une véritable pépite…

Un soir que j’écrivais un mémorable chef d’œuvre, je reçois un message de la patronne, quelques mots :

— Tu as écouté ça ?

Là, je prends une belle gifle et me dis qu’il y a longtemps que j’ai écouté Julien Doré, que le garçon a bien évolué…

Ce soir je vous quitte
Je quitte la rive et les gens
Depuis mon île politique
Je prends l’exil des corbeaux blancs

 Alors ce soir je vous quitte
Pour la force des puants
Je suis sale et plein de tiques
Je prends l’exil des corbeaux blancs

La première chose qui me vient à l’esprit c’est comment j’ai pu passer à côté de ce morceau ?  Une force dans le texte, une mélodie… Une claque.

La seconde, c’est que si je venais à claquer demain (ou dans 50 piges, faut pas déconner non plus) c’est une chanson qui a de la gueule pour faire chialer mes potes…

Mais surtout je vois que dans quelques jours il sort un nouvel album, alors je prends soin de m’astiquer les esgourdes afin d’être prêt.

Puis j’ai écouté l’album, plusieurs fois, les yeux fermés, en travaillant, en faisant du sport, histoire de bien absorber la musique, les paroles, en pomper les émotions, les faire mûrir en moi, et de pouvoir déclarer que ce type est en train de devenir un très grand….

Je me souviens alors de l’émotion qui m’a submergé quand j’ai découvert Biolay, c’est la même. La poésie me frappe en plein cœur, avec une rythmique sympathique, on oscille avec des airs bon enfant comme Coco-Câline, pas ce que je préfère dans l’album, soyons honnête, par contre des chansons comme Sublime & Silence

Un morceau que j’apprécie beaucoup, il faut dire aussi que cette voix si bizarre, donne une grande dose de sensualité à ses textes. Le Lac suit Sublime & Silence, je trouve l’enchainement, comment vous dire ? Romantique ?

Puis il y a des paroles un peu plus fortes que d’autres, qui me touchent plus, je ne saurais même pas dire pourquoi exactement :

Je t'offrirai les fleurs
Accrochées à mon ventre
La forêt où se meure
La peur adolescente
J'en ai crevé des cœurs
Collier de mes défenses
J'ai drapé la douleur
De miel et de violence
Et si demain je meurs
Dis-moi à quoi tu penses.

Comme celles de Magnolia que j’apprécie tout particulièrement.

Mais ma préférée de ce délicieux & n’est autre mes sombres archives, un coté spleen qui me plait beaucoup. Son introduction au piano, le blanc, quelques petites notes et vient le vibrato de la voix de Doré…

Regarde mon cygne
C'est les hommes qui se targuent
D'être l'ange et l'acide
Lis dans les lignes
De leur langue nocive

Bref offrez & ainsi vous offrirez une belle dose d’amour…

Stanislas Petrosky

[1] Là j’avoue sans honte que je fais de la publicité cachée pour mon dernier roman paru aux éditions Lajouanie, Je m’appelle Requiem et je t’… que tu peux commander dans n’importe quelle vraie librairie. Désolé mais Mademoiselle C. ne me paie pas…