Les avis de Petrosky

Très Cher Vous,

je suppose que vous avez déjà entendu causer de Théodore Robert Bundy, Ted Bundy pour les intimes. Meurtrier, violeur, fétichiste, nécrophile, un chic type quoi. Un être totalement désinhibé et manipulateur qui traversa l’Amérique des années 1970, et qui échappa aux forces de police à de nombreuses reprises grâce à son audace et sa ruse. Avant les meurtres de “Ted”, personne n’avait entendu le terme de serial killer… Un précurseur.

Longtemps après son exécution, qui eut lieu le 24 janvier 1989, nul ne connait exactement le nombre des jeunes femmes qui furent ses victimes, il a reconnu une trentaine de crimes, mais il y en aurait bien plus…

Est-il vraiment besoin de présenter le monstre qu’est Ted Bundy, l’un des tueurs en série le plus tristement connu.

Le ton est donné dès l’ouverture de l’album.

En ce qui me concerne, je ne pouvais simplement pas me contenir… Je suis le salaud le plus insensible que vous n’ayez jamais rencontré.”
– Ted Bundy”

Les éditions Soleil ont eu une curieuse idée, créer une collection de bandes dessinées sur des tueurs en série qui ont existé. Idée par ailleurs pas si stupide que cela, le tueur en série fascine le public, toutes sortes d’ouvrages fleurissent sur les tables des libraires depuis des années. Des fictions, des études, des témoignages. Depuis que Stéphane Bourgoin a ouvert la brèche, moult auteurs, journalistes, soi-disant spécialistes ont écrit. Avec plus ou moins de succès.

Mais voilà qu’apparaît l’écueil : Que dire sur Ted Bundy qui n’a pas encore été dit ?

Pas grand-chose, sauf à prendre sa vie à contre-pied, ne pas conter ce que l’on a déjà lu des tas de fois, le prendre sous un angle différent.

Des années plus tard des étudiants du FBI suivent un cours sur ce meurtrier. Les failles de l’enquête de l’époque sont soulignées aux futurs agents, on leur explique tous les dysfonctionnements, tout ce qui aurait pu être évité, tout ce qui aurait pu permettre d’arrêter Bundy plus tôt…

Un scénario de Dobbs très intelligent, qui n’entre pas dans les poncifs, les clichés maintes fois répétés sur Bundy. Le trait d’Alessandro Vitti est sobre, aucune scène gore, nul besoin de montrer les massacres commis par Bundy, d’autres scènes suffisent à montrer quel monstre il était… Dobbs aborde de manière inédite des facettes méconnues de sa personnalité, de son caractère, les raisons de son comportement. Il tente de nous expliquer son mode opératoire, il cherche ce qui a pu faire de lui l’un des tueurs en série les plus sanglants de l’histoire du crime des États-Unis. Ce scénario et les dessins de Vitti permettent de créer un malaise, de ne pas l’ériger en héros morbide comme c’est parfois le cas dans les traitements de ces personnages.

Planche TED BUNDY

Bundy a marqué l’époque par son apparence tout à fait banale, ce gendre idéal, ce gentil garçon serviable, c’est certainement cela qui fait le plus peur. Il fut le premier tueur pour lequel on a utilisé les termes « Masque de normalité et Serial Killer… »

A noter l’illustration de couverture est d’Olivier Peru (Zombie, oracle, lancelot, etc.) Oui, nouvelle mode dans la bande dessinée, un artiste en intérieur, et un autre en couverture…

La collection comporte quatre autres titres : Zodiac Killer ; le vampire de Sacramento ; l’étrangleur de Boston, Ed Gein. Si vous avez un cadeau à faire à un chroniqueur, Mademoiselle C. peut vous communiquer mon dresse, merci.

Stanislas Petrosky

tedbundy
Ted Bundy de Dobbs et Vitty
Soleil
En librairie depuis le 27 Janvier 2010
48 pages, 14,50 €

Theodore Robert Bundy. Meurtrier, violeur, fétichiste, nécrophile, un être totalement désinhibé et manipulateur qui traversa l'Amérique des années 1970, et qui échappa aux forces de police à de nombreuses reprises grâce à son audace et sa ruse. Avant les meurtres de "Ted", personne n'avait entendu le terme de serial killer... Longtemps après son exécution, nul ne connaît vraiment le nombre exact des jeunes femmes qui furent ses victimes...