gun







"C'est
qu'il voulait causer, ce con ! On cause pas quand on a le canon de mon gun dans le trou de son nez, on chie dans son froc. Il devait avoir des Pampers, ma parole ! Il nasillait des choses que je pigeais même pas. Ses yeux disaient : "T'es pas cap !" C'était la guerre. Ah ce con, il était pas de taille, sa tête a explosé, ça m'a fait des salissures."










Gérard, voilà des années qu'il aime Ginette... même s'il est son mac. Alors qu'il pense à se retirer des affaires et à offrir une retraite bien méritée à Ginette, il ramène à la maison Azhor.
Petit à petit, grâce à la belle de l'Est, infatigable au travail, le commerce de Gérard s'agrandit. Les copines d'Azhor viennent la rejoindre. Parce que le Gérard, c'est un mac à l'ancienne, il respecte "ses" filles.
Mais, si le compte en banque de Gérard s'arrondit et grossit, les problèmes ne tardent pas à apparaître... Et ils sont aussi gros que Azhor est belle.
Alors quand Gérard retrouve sa Ginette salement amochée, il va entrer dans la bagarre...

La collection "Petit Noir" des Editions Krakoen offre des nouvelles d'une vingtaine de pages dont Gun est le premier numéro.
L'exercice est d'autant plus périlleux qu'il faut réussir à offrir une histoire complète, intense et rythmée en un espace aussi court.

Max Obione réussit particulièrement bien à embarquer son lecteur dans cet univers d'une noirceur et d'une froideur impitoyable.
Gérard et Ginette sont à la fois touchants et attachants.... et leur histoire commune démontre toute la force du respect et de l'amour.

Pourtant, très vite, grâce à l'écriture et à la gouaille sans pareille de Max Obione, le lecteur est propulsé dans la violence à l'état brut du milieu de la prostitution.

Un vrai petit joyeux du noir, très noir, que cette nouvelle, dont vous avez déjà parlé Monsieur aiMe.