IMG_0687

 

 

 

 

 

 

"Tout ce que l'on aime devient une fiction"

 

 

 

 

 

 

 


Le roman d'Amélie Nothomb annonce la rentrée littéraire, et cela fait 22 ans que cela dure.

Avec La Nostalgie Heureuse, Amélie Nothomb clôt son cycle japonais composé de "Métaphysique des Tubes", "Stupeur et Tremblements" et "Ni d'Eve ni d'Adam".

A l'occasion d'un reportage tourné par une télévision française sur elle, Amélie Nothomb accepte de retourner au Japon après 16 années de rupture.
Ce voyage va permettre à Amélie Nothomb de rrevisiter les lieux de son enfance et de son adolescence mais également de reprendre contact avec les personnes qui ont été importantes pour elle dans ce Japon qui l'habite depuis toujours.
Ce sera donc l'occasion de retrouver Nishio-san, sa nounou croisée dans "Métaphysique des tubes" ainsi que Rinri, le fiancé éconduit de "Ni d'Eve ni d'Adam".
Au fil de ce nouveau séjour japonais, Amélie Nothomb va découvrir que sa version de l'histoire n'est pas tout à fait la même que celle des autres protagonistes.... parce que 

"Tout ce que l'on aime devient une fiction."

Il n'a jamais été question pour l'auteur de mentir. Amélie Nothomb va juste constater que :

"A aucun moment je n'ai décidé d'inventer. Cela s'est fait de soi-même.
Il ne s'est jamais agi de glisser le faux dans le vrai, ni d'habiller le vrai des parures du faux.
Ce que l'on a vécu laisse dans la poitrine une musique : c'est elle qu'on s'efforce d'entendre à travers ce récit.
Il s'agit d'écrire ce son avec les moyens du langage.
Cela suppose des coupes et des approximations.
On élague pour mettre à nu le trouble qui nous a gagnés."


Si, comme moi, vous aimez les romans d'Amélie Nothomb parce qu'ils sont drôles et vous emmènent dans un univers complètement unique, vous ne trouverez pas ces éléments dans La Nostalgie Heureuse. Bien qu'il reste le style incomparable de l'auteur qui ne peut que prêter à sourire :

"Je suis une aspirine effervescente qui se dissout dans Tokyo."


est tout de même une phrase exceptionnellement drôle, non ?

L'auteur nous livre ici un roman plus intime dans lequel elle remonte le cours de sa vie japonaise, livrée par petite touche à ses lecteurs dans ses précédents romans, et nous offre une petite page de vie.
Elle nous fait alors part de ce sentiment que nous éprouvons tous lorsque nous retournons sur les traces de notre enfance et pour lesquels les japonais ont un mot (que nous n'avons pas en français) : Natsukashii, la Nostalgie Heureuse.

Un très joli roman a priori autobiographique, touchant et drôle qui nous permet de découvrir Amélie Nothomb, cette personne si énigmatique.

bouton_play